Dates des élections municipale à Mareil-Marly

Dates des élections municipale et communautaire partielles

Les élections se dérouleront les dimanches 23 et 30 septembre 2018 pour élire les vingt-sept conseillers municipaux, ainsi qu’un conseiller communautaire représentant la commune au sein de la communauté d’agglomération « CASGBS ».

Le scrutin aura lieu de 8h à 20h dans les trois bureaux de vote de la commune de Mareil-Marly :

-Les Bois Noirs

-La salle des fêtes

-La Terrasse

Arrêté du 13 juil 2018

Publicités

Exhumation des 2 statues découvertes dans l’Eglise de Mareil-Marly

Stat.12

Statue N°1 (Inrap)

Stat. 22

Statue N°2 (Inrap)

L’annonce officielle de cette découverte a été faite lors du Conseil municipal du 11/12/17.

Depuis cette date, ces statues attendaient (recouvertes de sable) d’être extraites pour analyse, restauration et datation. Elles ont enfin été toutes deux transférées dans un atelier à Rouen. Nous espérons que ces statues après restauration (en fonction des crédits qui seront accordés et du temps que cela prendra) seront rendues à l’église où elles pourront y être admirées par tous. (Mais rien n’est moins sur….)

Elles ont été découvertes par hasard, par sondage réalisé au sein de l’église lors de la restauration de cellle-ci. Le sol de l’église n’ayant pas été sondé intégralement, recèle donc, peut être encore, d’autres trésors.

-La première statue d’une hauteur d’environ 1.50 à 1.60 m,  semble représenter la lapidation de St Etienne, elle est constituée de 4 personnages (Le Christ, un personnage tenant 1 pierre, St Etienne et un petit ange a ses pieds).

-La deuxième statue d’une hauteur d’environ 1.00 m représente un saint ou peut être un évêque non identifié car sa tête a été détruite lors de l’ensevelissement d’une sépulture située à proximité de celle-ci.

Ces 2 statues en pierre polychromes et parfaitement conservées étaient situées à l’entrée de l’église sur le côté gauche, sous le dallage à une profondeur d’environ 0.50 m. Il est probable que celles-ci ont été sculptées vers le milieu du XIVe siècle; elles présentent, en effet, des draperies que les « imagiers » de l’époque se plaisaient à réaliser.

Ces statues d’une indéniable qualité présentent un véritable intérêt archéologique.

Quelles hypothèses s’offrent à nous ? Ces objets sacrés auraient-ils été soustraits des violences iconoclastes des Guerres de religion (1562-1598), de celles de la Révolution (peu probable, étant donné la sépulture trouvée à proximité de la statue endommagée lors de l’enfouissement de celle-ci) ? (1) Auraient-elles été considérées comme trop dégradées ou en disgrâce momentanée pour être encore présentées aux fidèles et peut-être remplacées par de nouvelles ?

Quelque en soient les raisons ces statues ne semblaient  plus convenir ou devaient être soustraites de la vue des paroissiens, alors, suivant une habitude à peu près constante au Moyen âge et en pareille circonstance, le curé ne voulant pas s’en débarrasser par vente ou destruction, aura probablement décidé qu’elles seraient ensevelies au sein de l’église. L’opération fut probablement clandestine puisque aucun texte ne relate cet événement et que ces statues semblent avoir été oubliées de tous. L’enfouissement de ces statues semble donc avoir  été volontaire et fait avec soin.

On sait que selon le polyptique de l’Abbé IRMINON (2), l’église » pene dissipata » (presque entièrement ruinée) était placée sous l’invocation de la Vierge, de St Germain et de St Martin. Les premiers registres de l’église établis au début du XVII siècle, quant à eux précisent, que l’église était titrée de St Etienne et St Martin.

Par un inventaire (3) établi le 25 janvier 1581, par Augustin BEGE (BEGER) et Etienne BEAUVAIS pour transmission de la charge à Cosme MOTTE (MOTHE) et Etienne BEAUGRAND, marguilliers (4) de Mareil-Marly , on sait que l’église possédait des reliques de St Etienne et de St Leu, et que celle-ci, pour une aussi petite paroisse, était richement dotée en ornements et ustensiles liturgiques.

L’on sait également que la pratique d’enterrer des statues n’est pas nouvelle, puisque il a été découvert en 1873 une statue de St Martin lors de fouilles exécutées autour de l’église de Mareil-Marly. Cette statue enfouie dans le sol daterait du XV ou XVI siècle.

Toutefois, aucune fouille n’a jamais été réalisée à l’intérieur de l’église (hormis les quelques sondages réalisés récemment). L’archéologue chargée de ce chantier, a confirmé que l’église renfermait de nombreux ossements enfouis sous le dallage ce qui confirme les inhumations réalisées au sein de l’église, et que contrairement à ce que l’on pensait il existe encore de nombreux ossements autour de l’église où il semble que seule les pierres tombales ait été retirées au XIX siècle.

FMPPA

 (1)Un édit de 1776 (Ordonnance de Louis XVI qui interdit, pour des raisons sanitaires d’ensevelir dans les églises), mettra fin à ces pratiques.
(2) : Polyptique : Inventaire des biens rédigés vers 823/828 par IRMINON, abbé de St Germain des Prés. Il décrit les possessions de l’Abbaye situées principalement dans la région parisienne, entre Seine et Eure.
(3) : Extrait de cet inventaire :
-1 chasuble velours rouge
-2 chasubles damas rouge
-1 chasuble damas violet
-1 chasuble damas blanc croisé de velours violet
-1 chasuble satin de Bourges qui est blanc
– plusieurs chapes damas rouge servant à la messe du St Sacrement
-1 chape noire servant à la messe des trépassés
-60 nappes de chanvre et lin servant  pour les offices
-1 tapis à mettre sur la tablette pour les reliques de la dite église
-1 tapis servant au Grand Lutrin pour mettre le Livre à faire le sermon divin
-1 petite chapelle de damas rouge à franges de fil d’or servant au service du St Sacrement
-1 col de velours rouge cramoisi doublé de taffetas avec franges en fil de soie
-20 aubes
-10 surplis 
ETC ….
(4) : Marguilliers : La « Fabrique » gérait tout ce qui relevait du temporel de la paroisse : entretien de l’église, du cimetière, du presbytère; gestion des revenus, dons, etc., et tout devait être noté dans un registre. Le « Conseil de Fabrique » ou tout simplement « La Fabrique » était la représentation des paroissiens. C’était, à l’échelon de la paroisse, tout comme le Syndic*, l’équivalent du conseil municipal actuel de la commune. Ses membres étaient appelés les « fabriciens » ou les « marguilliers ». Les marguilliers étaient élus par les paroissiens et étaient tenus d’accepter les fonctions, ils devaient être laïc, de bonne vie et mœurs, savoir lire et écrire.  Ils étaient responsables de l’entretien de l’église, de son aération et de sa décoration; ils avaient la garde du mobilier qu’ils devaient inventorier chaque année et conserver en bon état.  Ils administraient les fonds, percevaient les revenus, acquittaient toutes les charges du culte dont ils devaient respecter strictement les usages. 
Les familles (descendants) de 3 des 4 marguilliers nommés sur cet inventaire, sont toujours présentes sur le territoire de Mareil-Marly et de Fourqueux. (Famille Beauvais, Bégé et Motte).
*Dans chaque paroisse, la communauté d’habitants est responsable de la levée des impôts royaux,  l’assemblée des habitants désigne des Consuls (Syndic) qui sont chargés de répartir et de collecter la taille, la capitation, les corvées et autres redevances. 

Mareil-Marly : Article paru dans « Le Parisien »daté du 12/07/18

Mareil-Marly : une nouvelle élection municipale en septembre

Sébastien Birden|12 juillet 2018,
Mareil-Marly. Les électeurs devront retourner aux urnes après la démission d’une partie de l’équipe municipale, mise en minorité suite aux différentes dissidences.LP/B.D.
Le scrutin, conséquence d’une crise au sein de la majorité, pourrait déteindre sur le projet de création de la commune nouvelle avec Saint-Germain-en-Laye.

A Mareil-Marly, l’été sera synonyme de… campagne électorale. Des élections municipales sont en effet programmées les dimanches 23 et 30 septembre suite à la démission de l’équipe menée par la maire, Brigitte Morvant (DVD), mise en minorité depuis plusieurs semaines. Celle-ci reste toutefois en fonction jusqu’au scrutin « afin de gérer les affaires courantes ».

Ce grand bazar est la conséquence de la tentative avortée d’une cohabitation entre les différents groupes d’élus qui devait s’opérer en accord du sous-préfet, Stéphane Grauvogel. « J’y étais favorable, mais la neutralité du sous-préfet a été remise en cause dans un tract mensonger et il a préféré se retirer de la table des discussions », explique Brigitte Morvant, pour qui « l’heure est à la réflexion pour faire en sorte d’avancer de manière constructive ». Et l’élue de laisser d’ailleurs entrevoir, « pourquoi pas ? », la candidature « d’un visage neuf » pour mener la liste de l’équipe sortante.

Au-delà des frontières du village, qui compte quelque 3 600 habitants, ce remue-ménage politique soulève la question brûlante de la création de la commune nouvelle aux côtés de Saint-Germain-en-Laye, Fourqueux et L’Etang-la-Ville. Car si celle-ci n’est pas la raison initiale de la crise profonde qui secoue la mairie – la volonté de la municipalité d’acquérir le Prieuré avait entraîné le rejet du budget à deux reprises et provoqué des vagues de dissidences – de nombreux acteurs du dossier parlent bien d’un vote « pour ou contre » la fusion des communes.

Daniel Level (LR), Jean-Yves Bouhourd (DVD), Brigitte Morvant (DVD) et Arnaud Péricard (DVD), les maires respectifs de Fourqueux, l’Etang-la-Ville, Mareil-Marly et Saint-Germain-en-Laye, militent pour la création d’une commune unique.LP/S.B.

« Je me suis engagée à faire un point sur la situation à tous les élus au mois de septembre », annonce Brigitte Morvant en concédant qu’il y a « des conceptions différentes sur l’évolution de la commune ». Mais l’élue insiste d’emblée : la municipale de septembre, « ce n’est pas l’élection du maire de Saint-Germain, mais celle du maire de Mareil-Marly ».

A Saint-Germain justement, le maire DVD Arnaud Péricard estime « qu’il faut faire preuve de pragmatisme » face aux événements. « On devra faire un point après les élections, explique-t-il. Si Mareil-Marly demande alors la suspension du processus, on l’entendra. Mais pour moi, cela ne remet rien en cause. Les élus de Mareil-Marly ne sont plus là mais les services des quatre villes continuent à travailler sur le projet ». Tous les scénarios sont étudiés. Car par ricochet, un éventuel désengagement de Mareil-Marly risquerait également d’avoir des incidences sur la participation de la commune limitrophe de L’Etang-la-Ville au projet, « pour une question de continuité de territoire ».

Mareil-Marly : Article paru sur « Actu.fr » le 10/07/18

Yvelines. Les réactions suite à la démission de la majorité municipale de Mareil-Marly

Les principaux ténors de la vie politique mareilloise réagissent à la décision prise par des membres de la majorité de Mareil-Marly (Yvelines) de démissionner.

Gilles Lamy, membre du groupe de gauche Mareil autrement et Jean-Bernard Bisson du groupe Demain Mareil (Yvelines).Gilles Lamy, membre du groupe de gauche Mareil autrement et Jean-Bernard Bisson du groupe Demain Mareil (Yvelines).

Suite à la décision prise par des membres de la majorité Mareil-Marly (Yvelines) de démissionner, nous avons interrogé les principaux ténors de la vie politique mareilloise qui font front commun depuis longtemps contre le maire actuel. Si les différents groupes d’opposition existent toujours, leurs membres travaillent déjà sous une même bannière avec les sept dissidents de l’équipe majoritaire, soit 14 personnes au total. Une démarche qui pourrait aboutir à la constitution d’une seule et même liste lors des prochaines élections.

« C’est Brigitte Morvant qui aurait dû démissionner »

Pour Pierre Durand du groupe Mareil ensemble, c’est « Brigitte Morvant qui aurait dû démissionner. Elle n’a plus aucune légitimité. Elle ne pense pas aux intérêts de Mareil qui est aujourd’hui dans une situation de péril. »

Concernant l’avenir, l’élu indique que les membres de ce groupe de 14 personnes uniraient leurs efforts « pour sortir la ville de cette situation. Nous sommes des gens sérieux et engagés pour le bien de Mareil. Nous avons un devoir d’unir nos forces. »

« Constat d’échec de la gouvernance Morvant »

Pour Gilles Lamy, membre du groupe de gauche Mareil autrement, ce nouvel épisode de la vie politique mareilloise est le « constat d’échec de la gouvernance Morvant. »

« Cela montre que le programme sur lequel elle a été élue était inapplicable et qu’elle n’a pas su mener son équipe. Elle parle de blocage mais c’est elle le blocage. Je regrette qu’on ait perdu du temps car au bout d’un an nous avions détecté les failles de cette gouvernance. Il a fallu attendre 4 ans pour que le bouchon saute. »

Concernant le prochain scrutin, l’élu estime qu’il aura le mérite de poser le sujet de la commune nouvelle. « Les listes qui se présenteront devront se positionner dans leur programme par rapport à ce dossier ».

«  Le retour vers les électeurs, ce n’est jamais un problème »

De son côté Jean-Bernard Bisson du groupe Demain Mareil, voit dans la démarche des élus démissionnaires une manœuvre pour se soustraire aux questions.

« Nous avions toutes une série de questions sur des sujets importants qui devaient être posées lors du conseil programmé le 2 juillet, explique celui qui fut maire de la commune de 2008 à 2014. Leur démission leur permet de ne pas avoir à y répondre en séance publique. »

Quant à l’organisation d’un nouveau scrutin, l’élu estime que c’est « le maire qui aurait dû démissionner et non les conseillers municipaux », et voit l’occasion « d’éclaircir le débat. Le retour vers les électeurs, ce n’est jamais un problème. »

« Les Mareillois pris en otage »

Pour Sylvie Garcia, qui s’était vue retirer ses missions par le maire tout en conservant son fauteuil de deuxième adjointe chargée des événements, la démission de certains élus de la majorité « prend les Mareillois en otage ». En effet pour celle qui fait partie des sept dissidents, mais non des démissionnaires, « c’est Brigitte Morvant qui aurait dû démissionner ».

« La loi permet à ces élus de démissionner, mais aujourd’hui, il n’y a plus d’adjoints alors que nous sommes à deux mois d’une rentrée scolaire ou à quelques mois de l’échéance du nouveau plan local d’urbanisme. »

Pierre Durand du groupe Mareil ensemble,Pierre Durand du groupe Mareil ensemble,
78actu

Communication NEF (Groupe opposition Fourqueux) 2/2

Stop à la mascarade !

Suite à la grotesque convocation, quelques heures avant la tenue de la réunion, d’une commission générale consacrée à l’étude des chartes devant définir l’organisation des services publics et la gouvernance de la future commune nouvelle, les élus NEF ont exprimé leur désaccord total sur la façon de procéder et ont choisi de quitter la salle.
Voici l’intervention de Matthieu Cadot, entouré de Sophie Perinetti et Yann Morvan, protestant contre cette situation inimaginable :
Monsieur le Maire,
 Nous devons avouer qu’en lisant le mail de convocation à la commission générale de ce soir, nous avons  pu croire à une plaisanterie … et nous ne sommes sans doute pas les seuls puisqu’un élu de votre groupe vient lui-même de quitter la salle en signe de désapprobation !
Sur le fond comme sur la forme, toute l’équipe NEF trouve le procédé inqualifiable.
– Sur la forme d’abord. Il nous semble particulièrement irrespectueux envers des élus, pour majorité – et c’est notre cas – professionnellement actifs et bénévoles, de les convoquer à 11h32 pour une réunion le jour-même à 21h. Sans doute avez-vous estimé que l’ordre du jour du conseil municipal permettait de finir tôt, ce qui fut le cas, à peine un quart d’heure pour voter des affaires courantes. Mais ce même ordre du jour si minime a convaincu de nombreux élus de donner leur pouvoir et de ne pas être présents ce soir pour ne pas différer leur départ en vacances ou honorer des réunions professionnelles. Je peux vous affirmer qu’en ce qui concerne les élus de mon groupe, ils auraient fait le nécessaire pour être présents s’ils avaient eu connaissance à temps et en heure de la tenue d’une commission générale consacrée à la fusion de communes ! Enfin, le code des collectivités territoriales stipule que la tenue des commissions est précédée d’une convocation définie dans le règlement intérieur du conseil municipal que nous vous prions de nous communiquer au plus vite.
 
– Sur le fond maintenant. Vous nous avez précisé que les commissions générales permettaient un débat sincère, entre élus et sans public, où l’on ose parler ouvertement et affirmer nos points de vue. C’est donc un élément fondamental de notre démocratie locale. Ce fut d’ailleurs le cas lors de la dernière commission. Celle programmée ce soir est donc d’emblée un échec puisque sa réussite nécessite la présence d’un maximum d’élus – donc prévenus à l’avance – d’une part, la connaissance des dossiers et une préparation à débattre, d’autre part.
 
Nous avons donc trois demandes à vous formuler :
 
– ne pas tenir cette commission générale ce soir. Les conditions ubuesques de sa tenue ne permettent aucune avancée. Sachant que vous ne tiendrez pas compte de cette demande, je vous informe que nous n’y assisterons pas, ne voulant en aucun cas participer à un simulacre de concertation sur un sujet si sensible ;
– nous envoyer dès demain les documents relatifs aux chartes de gouvernance et de services publics dans le cadre de la fusion de communes, afin que nous puissions sérieusement les étudier.  Nous savons lire et n’avons nullement besoin d’une présentation, qui ne saurait en aucun cas remplacer une consultation des élus ;
– réunir dès la rentrée une commission générale, convoquée dans les règles, pour que nous puissions débattre et que vous puissiez nous écouter, comme vous nous l’aviez promis, sur les préconisations de Fourqueux et nos demandes de modifications dans l’établissement de ces chartes. Faute de quoi, il sera définitivement avéré qu’aucune concertation des élus n’aura été réalisée !
Après qu’une élue de la majorité a pris la parole pour abonder dans leur sens, les trois élus NEF ont quitté la salle.

Communication NEF ( Groupe opposition Fourqueux) 1/2

Donnons la parole aux Fourqueusiens !

Intervention de Matthieu Cadot lors de la réunion publique à l’ESPACE de Fourqueux le 12 juin dernier.

La première phase de l’étude sur la fusion, consacrée aux finances et à la fiscalité, s’est achevée en avril. Comme tout le laissait présager, les résultats sont sans appel : selon les rédacteurs, il n’y aurait que des avantages à fusionner à quatre communes ! Aucun inconvénient, aucune moins-value relevée… à moins que seuls certains aspects aient été présentés ? …

La seconde phase a débuté et elle devra approfondir la gouvernance et les services publics du projet à quatre communes. Une étude comparative d’un projet à quatre communes ou d’un projet à trois communes a été abandonnée ; c’était pourtant bien ces aspects qu’il était fondamental de disséquer !!!

Concrètement, pour Fourqueux, nous nous interrogeons sur la réelle plus-value d’une telle fusion en termes de services publics. Nombreux sont ceux qui, parmi nous, ont choisi notre village pour son caractère rural et sa taille humaine. Nous y disposons de tous les services de proximité, une école unique que nous connaissons bien, que chaque élu a à cœur de valoriser. Les aides délivrées par le Centre Communal d’Action Sociale sont personnalisées, notre milieu associatif est riche et dynamique notamment grâce à la proximité entre ces acteurs fondamentaux de la vie communale, les services municipaux et les élus, tous impliqués sur un territoire à taille humaine qui permet le dialogue et qui facilite les rencontres. A l’âge du collège et du lycée, les jeunes Fourqueusiens se rendent, et ce fut toujours le cas, à Saint-Germain-en-Laye où ils pratiquent aussi certaines activités sportives. Alors, en terme de services publics, quel intérêt pour Fourqueux de se précipiter vers une fusion ? Nous disposons de tout ce dont nous avons besoin et l’on nous promet une « amélioration de ces services ». Lorsque nous demandons lesquelles, encore dernièrement en réunion publique (voir photo), aucune réponse ne nous est apportée … Or il s’agit bien là du cœur de vos interrogations : quelles compensations suffisamment importantes permettraient-elles de surmonter la disparition de notre village ? Sa perte d’identité communale ?  La centralisation des décisions ? Notre mairie deviendra-t-elle une mairie déléguée exclusivement réservée aux anciens Fourqueusiens ou deviendra-t-elle la mairie-annexe du nouveau quartier « Bel Air – Fourqueux »  une fois prise la décision de dédier à d’autres fonctions celle existante place des Rotondes.?

Toutes ces questions, vous êtes nombreux à nous les poser et, pour le moment, les élus de la majorité n’ont apporté aucune réponse.

L’équipe NEF se mobilise pour vous et demande impérativement à M. le Maire de nous éclairer sur les points suivants :

Le maire de Mareil-Marly avait annoncé le 14 juin dernier une consultation des citoyens mareillois. Mais le 27 juin, plus d’un tiers des élus ont démissionné du conseil municipal, provoquant de ce fait l’organisation de nouvelles élections municipales fin septembre. C’est désormais dans les urnes que s’exprimera le choix de nos voisins puisque la fusion de communes sera bien entendu au cœur de la campagne. Le maire de l’Etang-la-ville également accepté ce principe et indique qu’il consultera la population si son conseil municipal vote en septembre  la poursuite de la procédure. “Je suis convaincu que rien ne pourra se faire sans passer par cette étape” a-t-il confié au Courrier des Yvelines. Pourquoi Fourqueux serait-elle la seule petite commune dont les habitants seraient privés de  parole ? ! Nous avons toujours promu la consultation démocratique de la population et sommes fondamentalement pour l’égalité d’expression des citoyens sur un projet de territoire commun. Nous demandons donc expressément une telle consultation à Fourqueux.

. Compte-tenu des difficultés de gouvernance à Mareil-Marly et des répercussions que celles-ci peuvent avoir sur le projet, une simple absorption de notre village par Saint-Germain semble se profiler. Pour autant, l’étude en cours n’envisage en rien cette option et n’a pas étudié en détail les implications. Nous refusons une telle éventualité qui serait décidée dans une immense précipitation, sans que élus et citoyens n’aient pu être suffisamment informés ni entendus.

Chères Fourqueusiennes, chers Fourqueusiens, l’équipe NEF reste fidèle à ses engagements de 2014 : se battre à vos côtés pour promouvoir « l’esprit village » qui nous tient tant à cœur et envisager l’avenir dans la concertation, la vision à long terme, sans précipitation ni décision hâtive.

Nous considérons qu’un projet d’une telle envergure mérite davantage de temps à tous points de vue et impose qu’il fasse l’objet d’une réflexion approfondie, qu’il soit soumis à votre appréciation lors d’un vote. Nous demandons de reporter cette décision au prochain mandat, afin que la fusion de notre commune soit au cœur des débats précédant la future élection municipale.

Nous vous donnons rendez-vous en septembre pour un débat qui sera sans nul doute décisif pour l’avenir de notre beau village de Fourqueux. Le maire a accepté de nous donner accès à une salle de l’ESPACE  mais voilà près d’un mois que nous attendons des propositions de dates… Nous ne renonçons pas et trouverons le moyen de vous réunir. La mobilisation de tous sera cruciale.

Dans cette attente, nous vous souhaitons un bel été, reposant et revigorant.

Demande de référendum par le groupe ELVA (opposition l’Étang la Ville)

Demande officielle d’un référendum au Maire

Vous avez été nombreux à manifester votre mécontentement au sujet de la fusion projetée avec Saint Germain, Mareil-Marly et Fourqueux, sans qu’une grande véritable consultation démocratique ait eu lieu au préalable. Vous êtes 1 115 personnes  à avoir signé la pétition demandant un référendum avant tout projet de fusion dont plus de 27% des inscrits sur les listes électorales de l’Etang la ville.
Cela nous autorise donc à demander d’inscrire la question d’un référendum à l’ordre du jour du prochain Conseil Municipal du 18 septembre 2018.
Nous en avons fait la demande officielle auprès de M. le Maire ( Cf. courrier ci-joint), avec copie au Sous-Préfet de Saint-Germain en Laye et au Préfet des Yvelines.
Continuons à exiger d’être acteurs de la vie de notre commune ! Continuez à signer la pétition si ce n’est déjà fait, toutes les personnes inscrites sur les listes électorales peuvent signer.
Nous vous souhaitons également à tous un bel été et restons mobilisés pour la rentrée.

Communication Groupe ELVA (opposition L’Étang la Ville) datée du 04/07/18

Concernant Mareil-Marly et Fourqueux, la date limite pour répondre à cette enquête a été reportée au 31 août.

Attention au questionnaire biaisé et orienté !

Le questionnaire proposé par la mairie  comme outil de consultation – et conçu par le cabinet de consultants ENEIS qui le ressort à chaque projet de ce type –  est à remplir avec circonspection  tant il est orienté et peut laisser penser à des avis contraires à ce que l’on veut exprimer.
Ainsi, il n’est pas du tout adapté au projet de fusion qui nous concerne: on nous fait répondre à des questions sur la généralité d’un rapprochement de communes dans l’absolu.
Comme il est orienté pro fusion, il pousse le lecteur à choisir un objectif pour la fusion. Il vous est demandé d’abord si vous avez entendu parler du projet de fusion avec St Germain, mais à partir de la question 3 votre avis est demandé  sur les objectifs ou les réserves que vous voyez dans « une «  fusion de communes.
Car ce qu’on veut nous imposer, ce n’est pas « une » fusion, c’est cette  fusion  avec des communes que nous connaissons à peine, éloignées de notre bassin de vie majeur, et qui n’ont pas du tout les mêmes intérêts que nous…
Sur le site si vous essayez de répondre en ligne, vous pourriez être tentés de ne pas répondre à certaines questions pour éviter cette interprétation en faveur du projet… Mais en réalité, le questionnaire est bloqué  si vous n’avez pas coché au moins 1 réponse face à chaque question dont celles relatives aux avantages d’une fusion… On nous oblige donc à choisir une attente par rapport à une fusion même si nous n’en voulons pas ! « Quelles seraient vos attentes vis-à-vis d’une future « commune nouvelle » »….

Si donc vous n’êtes pas dupes, vous avez le choix entre :

– vous procurer en mairie des exemplaires papier de ce questionnaire permettant de contourner la question sur les attentes et les biffer en travers, en notant« questionnaire biaisé », ou bien, « questions abstraites »« questions qui ne me concernent pas aujourd’hui », « référendum », etc etc…

– ou bien, si vous n’avez vraiment pas le temps,  remplir en ligne une seule case (par exemple: protéger le Cadre de vie) dans les deux questions vous demandant quels pourraient être les objectifs, et cocher toutes les cases négatives.

Et surtout, n’hésitez pas à développer votre position dans l’espace commentaire !  C’est le seul moyen que la mairie prenne en compte l’ampleur de la protestation.

Et enfin chaque majeur peut remplir le questionnaire, donc n’oubliez pas d’en parler à votre conjoint, vos enfants , vos voisins, vos amis etc etc…

Et pour ceux qui l’ont déjà rempli sur le net ou qui voudraient ajouter un commentaire , ne pas hésiter à  faire vos remarques à l’adresse mail de la concertation: 

concertation@etude-commune-nouvelle.fr 

Avec copie de ce mail, par prudence à ELV Autrement elva2014a@gmail.com

Attention vous n’avez que jusqu’au 8 juillet pour y répondre….